Trekking au Maroc

A terme, cette page rassemblera l’ensemble des itinéraires que j’ai parcourus au Maroc. Aujourd’hui, seuls les treks suivants sont représentés et décrits:
– Grande Traversée de l’Atlas Marocain (GTAM) n°5 (3 semaines)
– Traversée Mgoun- Toubkal ( 3 semaines)
– Côte Atlantique (5 jours)

A venir:

  • traversée Haut Atlas – Océan ( 4 semaines )
  • Atlas Oriental ( 4 semaines)
  • Tour de l’Adrar Meltsen : vallée du Zat et plateau du Yagour ( 1 semaine )
  • Siroua ( 1 semaine )
  • Saghro ( 1 semaine )
  • Anti-Atlas ( 10 jours )
  • Désert ( 1 semaine )

Sur la carte ci-dessous, chaque trek est représenté par :
– son tracé.
– son point de départ (flèche verte).
– son point d’arrivée (drapeau rouge).

Pour aller à la description d’un l’itinéraire :
– soit cliquer sur le lien sous la carte,
– soit cliquer sur une des icônes (départ, arrivée), puis sur l’image du popup.

Chargement de la carte en cours


Liens directs vers les itinéraires:
GTAM5 (Talmakant - Oukaimeden)
Traversée Mgoun - Toubkal (trek Allibert)
Côte Atlantique

Principaux intérêts de la randonnée au Maroc
- une ouverture à une autre culture.
- un paysage de haute montagne, contrastant avec des vallées cultivées, colorées et vivantes.
- l'authenticité et l'hospitalité légendaire des berbères.
- un coût faible.

Présentation générale des montagnes au Maroc
On peut distinguer :
- le Haut-Atlas, long de 530 km, d'Agadir à Midelt. Le point culminant est le mont Toubkal, à 4 167 m. C'est aussi le plus haut sommet de l'Afrique du Nord. Du fait de sa proximité de Marrakech (65 km), il est très fréquenté.
- l'Anti-Atlas, fragmenté en plusieurs massifs : à l’ouest l’Anti-Atlas de Tafraout, à l'est l'ancien volcan du djebel Sirwa (ou Siroua) culminant à 3 305 m et encore plus à l'est le djebel Saghro (djebel Sagho) au-delà de l'oued Drâa.
- le Moyen Atlas, long de 350 km, au nord-Est de l'Atlas.
- le massif du Rif, long de 500 km, au Nord, le long de la Méditerranée.

Le Haut-Atlas
Il est généralement divisé en 3 parties :
- le Haut Atlas Occidental : à l'Ouest d'Imlil.
- le Haut Atlas Central : d'Imlil à Imilchil.
- le Haut Atlas Oriental : de Imilchil à Midelt.

Quelques considérations sur le Haut Atlas
I
l s'agit d'un massif très sauvage. Sur sa crête principale de 530 km, il est traversé par seulement 6 routes
(entre parenthèses, la distance inter-route) :
- l'autoroute Marrakech - Agadir, à 30 km d'Agadir.
- le Tizi n'Test (+120 km).
- le Tizi n'Tichka (+130 km ).
- la route R307 Demnate - Ouarzazate (+50 km).
- la route d'Imilchil (+ 130 km).
- l'extrémité Est, Midelt est à 100 km.

Fréquentation
- le désert, ainsi que les régions du Toubkal et du Mgoun, concentrent la plus grande partie des randonneurs.
- Les régions de l'Anti-Atlas, du Siroua et de Sarho, quoique moins fréquentées, sont devenues des classiques du tourisme de randonnée.
- les autres montagnes restent peu connues des randonneurs étrangers : Haut-Atlas Occidental et Oriental, Moyen Atlas, Rif.
- les touristes marocains ne randonnent pas, sauf au Toubkal.

Coût de la vie
La vie est bon marché au Maroc, 4 à 5 fois moins cher que chez nous dans les campagnes.
Cours du dirham : 10 DH = 0.9 Euros (Juin 2020).

Langue
Les habitants de l'Atlas parlent le berbère (plus précisément le dialecte tamazight), langue très différente de l'arabe d'Afrique du Nord : le darija. C'est une langue essentiellement parlée, même si elle est enseignée depuis quelques années à l'école.
D'ailleurs, l'enseignement dans l'Atlas reste aujourd'hui un gros problème : même si le nombre d'écoles est élevé, il y a encore trop peu d'enseignants berbères. La plupart sont des arabes des villes qui restent un an en sortie d'école d'instituteur (car forcés) dans une école de l'Atlas. Les élèves leur apprennent le berbère, et quand ils le savent, ils retournent à la ville...( c'est comme chez nous demander à un médecin d'aller dans la Creuse...).

Religion
Les berbères sont quasiment tous musulmans . La religion a une place très importante dans la vie marocaine. Les 5 prières par jour sont très respectés. Chaque village de l'Atlas possède sa mosquée. Il n'y a pas d'alcool dans tout l'Atlas, et c'est très respecté.

Gîtes d'étape
Il y en a beaucoup dans les secteurs de Imlil (Toubkal) et dans la vallée des Ait-Bou Guemez (secteur du Mgoun). Ailleurs, ils sont rares. Prix moyens : nuitée 40 DH, repas 40/50 DH, petit-déjeuner : 20 DH . Pour la demi-pension, compter 80/120 DH.

Refuges de l'Atlas
On les trouvent uniquement sur 2 secteurs :
- région Toubkal. Le Club Alpin Français de CasaBlanca gère 3 bâtiments : les refuges du Toubkal, et Tazaghart(Lepiney) en montagne (accessible par des sentiers), et le chalet d'Oukaimeden à côté de la route (ouvert toute l'année). Ces 3 hébergements sont simples mais corrects. Les refuges CAF d' Imlil et de Tacheddirt n'existent plus : de nombreux gîtes privés, moins vétustes, les ont remplacés.
- secteur Mgoun. le refuge de Tarkedit est rustique, mais bien placé sur la voie normale du Mgoun.

Comment randonner ?
On peut randonner seul, avec ou sans guide, partout, sauf sur la voie normale du Toubkal depuis l'assassinat de 2 jeunes touristes en Décembre 2018, au dessus d'Imlil. Dans ce secteur, le guide est obligatoire.

Si vous plantez votre tente près d'un village, il vous faudra sûrement payer 20/30 DH au propriétaire du terrain.
Dans les villages, on peut demander l'hospitalité à l'habitant. Selon l'islam, le musulman se doit d’accueillir le visiteur de passage de manière désintéressé. Mais la pauvreté règne souvent dans les villages et une somme de 60/80 DH (sans repas) me parait correcte. En cas de refus (fréquent), glisser quelques billets sous le plateau à thé.

Dormir et manger chez l'habitant est une façon de voyager très enrichissante. Au Maroc, vous ne le regretterez pas.

Utilisation de mules et de muletiers
C'est uniquement possible dans les régions :Toubkal, Mgoun, Siroua, Saghro, désert. Généralement, les agences paient très mal leurs muletiers (80 DH/jour). Pour qu'ils vivent correctement, compter 120/150 DH/jour, 50 DH en plus s'il sert aussi de cuisinier.

Utilisation d'un guide
C'est la solution que j'ai toujours pratiqué. Compter 350 DH/jour pour un guide diplômé. Il peut participer à la cuisine jusqu'à 3 personnes. Au-delà, il faut un cuisinier.

Le tarif type d'une journée de randonnée au Maroc est :
guide : 350 DH/jour
muletier si cuisinier) : 150(200) DH /jour.
nourriture : 70 DH/jour/personne.
En hébergement sous tente "marabout" (généralement possession des guides ou muletiers), il n'y a rien à ajouter . Chez l'habitant, rajouter 80 DH. Le pourboire (10%) est de coutume pour guides, muletiers, cuisiniers, en fin de séjour.

J'ai réalisé tous mes itinéraires avec :
Ahmid , guide à Zaouiat Ahansal
Coordonnées : [email protected]
Tél : +212 668 561782


Utilisation d'agence
J'ai effectué ma première randonnée au Maroc avec Allibert . C'est une très bonne agence. Mais le fait de ne pouvoir aller chez l'habitant était un peu frustrant. Je ne l'ai plus refait.
Il existe aussi de nombreuses agences marocaines, moins chères, avec des guides non diplômés : c'est un peu la jungle, et le bouche à oreille sera sans doute le meilleur gage de sérieux .

Sites Internet pour des conseils
Le forum Maroc du site VoyageForum est très actif.

Ecole des Guides de Tabant

En 1983, dans le cadre de la coopération franco-marocaine, et sous l'impulsion d'André Fougerolles, le CRET de Briançon, et l'ENSA de Chamonix soutiennent la création du CFAMM à Tabant, dans la vallée des Ait Bou Guemez.
EN 1994, le programme français s'arrête, et depuis, c'est la dégringolade sans fin. L'état marocain n'a jamais pris le relais, les bâtiments sont à l'abandon, la qualité des cours insuffisante : les diplômes des guides s’achètent (plus de 30 0000 DH)....

Réchauffement climatique
Celui-ci est bien perceptible dans la vallée du Drâa, où la limite du désert remonte de 10 m tous les ans, entraînant la mort des palmiers-dattiers.

Ecologie
La sur consommation de bois de chauffage (couplée au sur-pâturage, et au braconnage pour certaines espèces), a conduit à une déforestation massive. Le genévrier thurifère, arbre emblématique du Maroc, est très menacé. Pour le cèdre, très présent dans l'Est de l'Atlas, c'est encore pire. Malgré une capacité incroyable à se régénérer, il va bientôt disparaître.
Dans certaines rares vallées, la prise de conscience existe ( Ait Bou Guemez, par exemple), avec des reforestations importantes.

Cartes
Jusqu’à l'arrivée des dernières versions de OpenTopoMap (2018), la meilleure solution était les cartes de l'époque coloniale et miraculeusement disponibles sur le site : jemecasseausoleil. Personnellement, j'ai effectué tous mes treks avec ces cartes. La topographie est globalement correcte, mais les pistes ont beaucoup changé.

Remarque importante sur les pistes et sentiers de OpentopoMap dans l'Atlas marocain (2020 )
Afin de reconstituer mes trajets, j'ai créé mes traces GPS avec mymaps de Google, et les ai importés sur le site OpentopoMap.
Et là, surprise, TOUS les tracés (pistes en trait continu, ou sentiers en pointillé) de OpenTopoMap correspondent EXACTEMENT aux tracés nettement visibles sur les images satellite (trajets GTAM5 et Traversée Mgoun - Imlil, soit 500 km ).
Ma conclusion : avec des logiciels sur smartphone comme OsmAnd (mon choix), c'est aujourd'hui la meilleure solution. Les cartes peuvent être téléchargées avant le trek, et consulter off-line.

Toponymie (noms des lieux)
Celle-ci est faible sur les cartes OpenTopomap actuelles (2020), surtout pour les zones de l'Atlas peu parcourues . J'utilise alors celles des très vieilles cartes françaises, disponibles sur le site jemecasseausoleil - exemple pour le GTAM5 : Carte GTAM5 MartinPierre .

Tourisme responsable
Quelques conseils :
- ne pas laisser de déchets sur le sol.
- demander l'accord des personnes pour les photos.
- ne pas encourager la mendicité.
- se vêtir correctement : pantalon, manches longues si possible.
- économiser l'eau.

La Grande Traversée de l'Atlas Marocain (GTAM)
L'origine de cette Grande Traversée semble dater des années 70-80. Des gens comme André Fougerolles et Michael Peyron ont été des artisans importants de la promotion de la randonnée au Maroc (voir Bibliographie : ouvrages historiques).

L'Atlas (avec l'Anti-Atlas) est long de 900 km, et exige à peu près 3 mois de traversée.
En 2006, Hamish Brown a effectué tout le trajet en 90 jours (voir son Journal en Anglais).

MartinPierre, pour sa part a imaginé des trajets plus courts (3 semaines en moyenne). Cela permet la traversée du Haut-Atlas en 3 treks de 3 semaines. En tout, il a conçu 5 GTAM (Grande Traversée de l'Atlas Marocain), que j'ai toutes parcourues.


Webographie :
Martin Pierre - Trekkings hors des sentiers battus
De loin, la meilleure source d'information sur les treks longues distances (2 à 3 semaines) au Maroc. Dossiers pratiques et cartographie au top (treks qu'il a parcouru de 2006 à 2013).

Jean-Claude Latombe's Mountaineering, Climbing, Trekking, and Travel Page (en anglais)
Beaucoup d'itinéraires sauvages et bien documentés par un français, expatrié aux USA.

Le site de CamptoCamp reste une valeur sûre : Tous les itinéraires du Maroc, Filtrage "Randonnée-Trail + Rocher haute montagne".

Bibliographie :
Randonnée :
- Vincent Geuss -  Maroc, Treks, randonnées, balades, culture, nature (2007)
Très bon livre - 35 treks, essentiellement courts (2 à 5 jours), dans tout le Maroc. Bonnes cartes d'ensemble.

Pierre Martin - Grandes traversées - GTAM (2014)
Une reprise papier d'une partie de son site Web.

Des Clark - Mountaineering in the Moroccan High Atlas (Anglais - 2011)
Beaucoup de parcours hivernaux - schémas corrects.

Hamish Brown - The High Atlas : Treks and Climbs on Morocco's Biggest and Best Mountains (Anglais - 2012) 
Un bon livre, avec pas mal d'itinéraires dans des parties sauvages de l'Atlas . Descriptions un peu succinctes, mais croquis corrects.

Hamish Brown - Traversée intégrale - journal (Anglais - 2012)
Son journal de la traversée intégrale.

Randonnée/ski/alpinisme :
Hervé Galley - Trekking et ski de randonnée - montagnes du Maroc (2012)
Des croquis simples, mais des descriptions détaillées (itinéraires à pied et à ski) par un skieur,grimpeur et alpiniste discret, partenaire du regretté Emmanuel Cabau dans les excellents guide Olizane de ski de randonnée (Hautes-Alpes, Alpes du Sud, Savoie, Isère).

Livres et revues historiques :
la GTAM - La grande traversée de l'Atlas marocain (Michael Peyron) (1984)
La Bible (français/anglais), qui mériterait une reprise informatique : texte + carte . Avis aux amateurs....

André Fougerolles : Le Haut- Atlas (1991)
Un livre dans l'esprit de l'époque, écrit par un amoureux du Maroc. Ingénieur EDF détaché au Maroc, il a parcouru le pays dans tous les sens, été comme hiver. Il a dirigé le chantier du barrage de Bin El Ouidane, et créé le CAF de Casablanca.

Montagnes magazine - hors série Haut Atlas (Mai 1990)
Excellent - de l'époque ou voyage rimait plus avec ouverture à une autre culture...

Montagnes magazine -spécial Maroc (Décembre 2003)
Dans le même esprit que le hors série de 1990. ... et rien depuis chez Montagnes Magazine ..... avis aux amateurs

Alpinisme :
Bernard Domenech - Le Maroc : Les plus belles courses et randonnées (1993)
Dans la collection "les 100 plus belles" .... toute une époque. J'ai parcouru ce livre il y a longtemps, et ne le possède pas.

Beaux livres :
Titouan Lamazou - Onze lunes au Maroc (réédition 2012)
En 1982, le futur navigateur Titouan Lamazou "hiverne" dans les Ait Bou Guemez avec sa compagne, Karine Huet. Ils écrivent et dessinent - la vallée était alors inaccessible tout l'hiver.

Remarque : il manque au Maroc un livre moderne de type Glénat, le remplaçant actuel "des 100 plus belles ".
Avis aux amateurs....

2 réflexions sur “Trekking au Maroc”

    1. Bonjour Pierre,

      Merci pour le lien. Tu m’avais déjà passé le document. J’avais essayé de le numériser via un logiciel d’OCR, puis de le reprendre … mais j’ai abandonné. C’est dommage, car il est très précis.
      Quant à mon site, j’y ai consacré beaucoup (trop) de temps, mais le résultat est assez satisfaisant. Je me suis fait un peu plaisir avec le logiciel de cartographie (Leaflet)…qui nécessite d’écrire un peu de Javascript. Mais vu les circonstances (épidémie), c’était assez adapté. En espérant passer plus de temps dehors et moins sur le clavier en 2021…quoique les premiers mois semblent déjà bien compromis…

      Passe de bonnes fêtes

      Gilles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page